WAKESHOP.BE interview #7: Graeme Burress
Bienvenue dans les interviews de WAKESHOP.BE !
les interviews WAKESHOP.BE sont là pour mieux connaître vos riders préférés. Nous avons posé quelques questions à certains riders que nous aimons le plus pour partager leur point de vue avec vous !
Il y aura régulièrement de nouveaux posts d'interviews de WAKESHOP.BE comme ceux-ci avec certains des plus grands noms de la scène alors restez connectés !
Aujourd'hui nous rencontrons Graeme Burress !
Nom : Graeme Burress
Nationalité : États-Unis – Cincinnati, Ohio
Date de naissance : 25 décembre
Commanditaires : Hyperlite , Republic, Motorwinch
Citation : « Il est souvent plus facile de demander pardon que de demander la permission » - Grace Hopper
Si vous êtes un wakeboarder et que vous ne connaissez pas encore Graeme Burress, eh bien il était temps ! Rail rider de l'année 2014, Graeme est ce que l'on appelle un véritable freerider. Inspiré par le skateboard et d'autres sports de glisse, il a réussi à trouver son propre style et sa propre voie. Il est probablement aujourd'hui le plus grand "expéditeur" de la scène wakeboard ! Il adore aller très loin et peut être très technique en même temps. Surfant sur des winchs et des wakeparks comme personne, vous devriez le suivre car 90% du temps, c'est tout simplement époustouflant !
Instagram : Graeme Burress
Questions à Graeme :
1. Parlez-nous de vous en quelques mots.
Je m'appelle Graeme, j'aime entre autres faire du wakeboard. Je suis originaire de Cincinnati, dans l'Ohio, et je vis actuellement à Austin, au Texas.
2. Comment et quand as-tu commencé le wakeboard ?
Je suis sorti avec un ami et je me suis levé vers 10 ans environ ? Une semaine plus tard, mon père est rentré à la maison avec 2 planches (Hyperlite par hasard) et nous avons commencé à apprendre ensemble. Mon père avait un bateau il y a des années et avait beaucoup fait du ski pieds nus et du slalom, donc j'avais déjà passé beaucoup de temps sur l'eau.
. 3. Quel est votre endroit de wakeboard préféré et pourquoi ?
C'est une question difficile. J'en choisirai deux. Aux États-Unis, ce serait The Levee, un Private 2.0 ici au Texas et à l'international, ce serait CWC aux Philippines.
4. Vous êtes l'un des voyageurs ferroviaires les plus impressionnants et les plus créatifs au monde. Qu'est-ce qui vous a tant poussé à rouler sur le rail ? D'où viennent vos idées ?
Merci beaucoup, cela signifie beaucoup. Donc, quand j'ai commencé à rouler, j'étais strictement derrière le bateau pendant environ 10 ans, je n'étais jamais allé au câble ou quoi que ce soit. En même temps, je patinais et faisais du snowboard sans arrêt, alors quand un parc à câbles a ouvert ses portes à Cincinnati en 2009, j'ai eu beaucoup d'inspiration après des années de cela, ainsi que la compréhension du contrôle des poignées et tout ce qui ne l'est pas en étant derrière le bateau et apprendre les bases. À partir de là, Cable était la solution idéale pour moi, il combinait tout ce que j'aimais en un seul endroit, avec de l'eau dans laquelle tomber au lieu du béton ou de la neige dure du Midwest.
5. Ici, on t'appelle souvent le Chris Joslin du wakeboard parce que tu sembles aimer aller vite et s'amuser sur de grandes choses plus que quiconque, seriez-vous d'accord avec ce nom de famille ?
J’aime vraiment rechercher les lacunes et les choses plus importantes. Cela a toujours été quelque chose qui a toujours été plus facile pour moi que de petits succès technologiques.
6. Nous avons l'impression que vous aimez plus aller grand avec des tricks simples plutôt que d'essayer d'être très technique, même si nous savons que vous pouvez l'être. Préférez-vous combler un nouveau spot/écart avec un trick doux ou apprendre un nouveau trick technique dans un wakepark ?
C'est drôle que vous disiez cela parce que pour ma section d'analyse de l'année dernière, j'ai vraiment essayé de créer une section qui n'était que cela. Des tricks plus simples et plus grands. C'est une approche amusante et je pense que cela a bien fonctionné. mais j'apprécie les deux scénarios, si je me sens frais et au point, je sors normalement et j'essaie de trouver une nouvelle ligne ou d'essayer un nouveau trick.. mais si j'ai mal et qu'il y a du vent ou du froid ou quelque chose du genre, je Je vais m'y mettre et travailler sur quelque chose de technique. ça dépend.
7. Quel est l'endroit/l'écart/le truc le plus effrayant que vous ayez fait ?
C'est difficile. "Le plus effrayant" est peut-être un truc de The Levee que je viens de filmer la semaine dernière. Vous devrez attendre pour entendre parler de celui-là. mais à part ça, ce serait le glissement concret que j'ai heurté en Argentine. il y avait beaucoup de facteurs fragmentaires.
8. Nous savons que vous êtes vraiment un freerider, avez-vous également intérêt à devenir compétiteur ?
J'ai aimé concourir dans le passé, mais j'étais tout simplement découragé de dépenser des milliers de dollars pour participer à une compétition alors qu'il ne restait plus que 60 secondes sur l'eau pour décider si le voyage en valait la peine ou non. Je n’étais pas le plus grand fan de cette pression. Je préfère prendre le même budget et aller quelque part pour créer du contenu, car tant que je roule fort, ça vaudra le coup.
9. Un projet, un voyage, une séance qui figure en tête de votre liste, lequel est-ce et pouvez-vous nous en parler ?
Le premier voyage au treuil pour ma section Insight l'année dernière à Cincinnati. Trever est arrivé pendant 7 jours et les choses n'auraient pas pu se dérouler plus facilement. Le treuillage est normalement assez difficile, même dans une bonne journée, mais nous avons parcouru 2 points par jour pendant la semaine. Qu'il s'agisse des niveaux d'eau, du manque de flics ou de la recherche de nouveaux spots à la dernière seconde, tout s'est mieux passé que prévu. Étant ma ville natale, il y avait tellement d'endroits auxquels je pensais depuis des années, mais je n'étais pas sûr qu'ils fonctionneraient. Il s'avère que c'est le cas, haha.
10. Qu’est-ce qui vous passionne le plus à chaque saison ?
C’est difficile de définir quand ma « saison » commence et s’arrête, car je roule quasiment toute l’année. mais à la fin de l'hiver/au printemps, j'aime toujours passer en revue tout mon équipement (planches, treuil, caméras, kicker, van, camping-car, prius, etc.) et tout préparer pour l'année. J'aime être vraiment organisé et préparé, surtout lorsqu'il s'agit de treuillage. J'ai vraiment envie d'avoir tous mes trucs composés et prêts. c'est la moitié du plaisir.
11. Tu fais du skate tranquillement ! Est-ce que cela vous aide avec votre wakeboard ou le wakeboard vous aide-t-il à mieux faire du skateboard ?
Merci! ils s’entraident tous les deux énormément. une grande partie de cela se traduit pour moi. par exemple, le wakeboard m'a aidé à devenir plus à l'aise en patinant plus rapidement, et le skateboard m'a aidé à apprendre à atterrir dans une transition ou à effectuer une inclinaison en douceur sur un wakeboard.
12. Qu'est-ce que ça fait de faire partie de la famille Hyperlite ? Vous avez l'air de vous amuser beaucoup ensemble !
Honnêtement, je ne pourrais pas être plus heureux ou me sentir plus chez moi. Pour moi, il est très important d'avoir l'impression que toute l'équipe se sente, et c'est certainement ce que nous avons chez Hyperlite . Le soutien dont ils m’ont témoigné au fil des années est inégalé et je suis extrêmement reconnaissant pour les opportunités qu’ils m’ont offertes.
13. Vous êtes l'homme derrière le wishbone et on le voit partout maintenant ! Pouvez-vous nous parler de votre modèle Pro et pourquoi a-t-il un tel succès ?…
C'est génial d'entendre que vous les voyez beaucoup là-bas ! Alors oui, j'ai conçu le Wishbone avec Aaron Stumph chez Hyperlite en 2014, et depuis, nous utilisons la même forme. Lors du développement de la planche, je savais que je voulais quelque chose de tolérant, avec beaucoup de puissance en ollie, et qui résisterait aux abus. Nous nous sommes retrouvés avec un joli niveau autour du rail pour éviter les prises de carres, nous lui avons donné un rocker agressif pour un bon pop hors de l'eau, le tout avec un noyau bois. Toutes combinées, la planche est idéale pour les débutants comme pour les professionnels. Non seulement cela, mais j'ai travaillé avec Mystery Made sur le graphisme au fil des années, et cela s'est toujours avéré malade.
Triangle hyperlite
14. Vous passez beaucoup de temps aux Philippines, pouvez-vous nous dire pourquoi est-ce un si bon endroit pour faire du wakeboard ?
Je suis allé pour la première fois aux Philippines en 2013 avec James Windsor pour un voyage rapide, mais j'ai vite découvert que c'était l'endroit idéal. C'est l'un des meilleurs endroits où aller si vous souhaitez vous détendre et progresser en wakeboard. Il y a des fonctionnalités à la fois douces et stimulantes, ce qui le rend parfait pour apprendre quelque chose sur les boîtes douces du câble principal et avoir la possibilité de l'emmener jusqu'à la place sur un rail métallique. peu d’endroits ont cette diversité. En plus de pouvoir dormir et manger sur place change la donne et permet de vraiment se concentrer sur la conduite.
15. Qu'est-ce/Qui n'aimez-vous vraiment pas dans le sport ?
Honnêtement, je n'ai pas beaucoup de plaintes, voire aucune. Je reste concentré avec une équipe soudée donc je n'ai pas vraiment de problèmes. C'est la beauté de faire des vidéos. Je ne compte pas sur un juge ou sur quelqu'un d'autre pour déterminer la valeur du mien. Je fais juste moi.
16. Comment voyez-vous le wakeboard dans 5 ans ?
D'une part, il y aura tellement d'enfants qui déchireront le câble (et le bateau aussi) qu'il sera difficile de tout suivre. Je pense que les configurations de wakepark évolueront également énormément en 5 ans, ouvrant la voie à une progression encore plus grande.
17. 3 riders qui vous inspirent le plus ?
En y réfléchissant, je ne pense pas que ces trois-là aient changé depuis 2009, lorsque j'ai commencé à rouler sur le câble : Felix Georgi , Dom Hernler , Raph Derome .
18. 3 personnalités qui vous inspirent le plus ?
Délicat. Tout d’abord, dirait mon père. C’est peut-être évident, mais il m’a vraiment montré comment garder la tête froide dans n’importe quelle situation. Un autre est Trever Maur. La façon dont il se comporte en tant qu'athlète, ami et mari est inégalée, et j'admire vraiment la façon dont il interagit et respecte les gens. Le dernier serait Anthony Ruch, ce gars m'a appris ce que signifie travailler dur et ne pas trouver d'excuses. légendes absolues.
19. Qui sera le rider Wakepark de l'année en 2020
20. Nous vivons pratiquement actuellement un confinement mondial, comment se passe pour vous une journée avec ces restrictions de couverture-19 ?
J'ai eu de la chance et j'ai pu m'isoler avec mon colocataire (Jb Oneill) au Levee, un parc privé 2.0 au Texas. nous avons fait tellement de choses tout en étant coincés là-bas, nous avons hâte que tout le monde le voie.
Choisissez A, B ou C
Position large/position étroite ? je viens de commencer à rouler un peu plus étroit. c'est marrant.
Blonde ou brune? question dangereuse à laquelle répondre.
Thé ou café? Le café pour la vie
Eau ou eau de whisky
Des fesses ou des seins ? Les deux
Petit-déjeuner ou dîner ?? Petit-déjeuner pour le dîner
Jour ou nuit? Lever du soleil
Câble, treuil ou bateau ? Bateau pour se détendre, treuil pour filmer, câble pour apprendre
Gin ou bière ? Bière
Rap ou rock ? Les deux
Viande ou légumes ? Viande
Baseball ou football ? je n'aime pas regarder les mecs jouer avec des balles donc non plus..
Roller ou Trottinette ? scooter, c'est sûr
Télévision ou livre ? documentaire
USA ou Philippines ? Été aux États-Unis, hiver aux Philippines
Bière ou vin ? Bière
Pizza ou hamburgers ? Burger
Sable ou neige ? Neige
Eau salée ou eau douce ? Doux
Merci Graeme pour votre temps! nous avons hâte de voir ce que vous nous préparez !
Vidéos où vous pouvez trouver Graeme Burress :
insight - La section Insight - Le passé Insight - Le processus
Nous espérons que vous apprécierez cette lecture et nous sommes impatients de partager bien plus sur le monde du wakeboard avec vous !
INTERVIEW #1 : Victor Salmon INTERVIEW #2 : Nico Leduc INTERVIEW #3 : Massi Piffaretti INTERVIEW #4 : Lisa Baloo INTERVIEW #5 : Antoine Allaux INTERVIEW #6 : Oli Derome
Rendez-vous mercredi prochain pour le prochain wakeshop.be Interview avec : Graeme Burress
Crédits Photo & Vidéo : Wakeboard Hyperlite
- l'équipe WAKESHOP.BE -

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés